Leurs témoignages

Les élèves du lycée Lucas de Nehou racontent leur expérience d'écriture collective.

Les élèves du lycée Eugène Montel racontent leur expérience d'écriture collective.

Les élèves du collège Jeanne d'Arc racontent leur expérience d'écriture collective.

Collège Jacques Mauré à Castelginest

Aurélie Chadirat 5e 7

Tout d’abord, je tiens à dire que je suis très contente du résultat et il se trouve que ma famille à qui j’ai fait lire les chapitres au fur et à mesure de leur élaboration a beaucoup aimé également. Je dois dire que lorsque que l’on nous a annoncé, à toute ma classe de 5e7 du collège Jacques Mauré de Castelginest, notre participation à cet ambitieux projet, j’étais plutôt sceptique quant à son aboutissement. En effet, les consignes ne tenaient qu’en quelques mots : « écrire un récit d’une quarantaine de pages parlant d’écologie » et nous ouvraient sur tout un monde de possibilités qu’on avait pour tâche d’organiser. Il est vrai que ce projet nous a demandé beaucoup de temps (une heure de cours de Français sur deux à peu près).
Nous avons tout d’abord, par groupe de 4 ou 5, élaboré des scenarii, puis voté pour celui qu’on préférait. Et enfin nous avons construit le scénario final, chapitre par chapitre. Je crois bien que c’est la période du projet que j’ai trouvé la plus longue et laborieuse : nous devions régler tous les détails, créer les caractères de nos personnages, et les mettre en valeur à chaque étape de notre scénario. Le plus dur, pour moi, a été le travail de groupe : on votait et débattait sans arrêt à chaque séance (y compris entre professeurs et élèves) car chacun, ou presque, avait son idée à défendre.
Il me semble pouvoir enchaîner sur le fait que ça a été un beau projet qui nous a unis dans un même but, professeurs et élèves, pour finir ce récit. Ce travail nous a permis de nous confronter au défi de « vrai » écrivain, tout en nous faisant progresser en rédaction et en orthographe d’une manière différente. Et cela m’a plu ! Je dois cependant dire qu’il était temps qu’il se finisse, car en effet ce projet a malheureusement créé certaines tensions comme je l’évoquais plus haut.
Quant aux visites de notre écrivain référent, au nombre de 3, elles ont été par certains côtés productives et par d’autres côtés moins qu’on ne le pense. Les premières fois, il nous donnait beaucoup son avis au sujet du scenario mais assez peu de conseils. Puis par la suite, une fois le chantier de rédaction commencé, il nous prenait en charge pour rédiger des bouts du récit. Elles nous ont été très utiles mais auraient peut-être mérité un peu plus de travail au préalable : définir les sujets à aborder ensemble, éventuellement établir une liste de questions à lui poser ; en effet nous n’avions pas vraiment l’occasion de lui poser toutes les questions qui auraient pu nous être utiles.
Il est vrai que la gestion du temps était une difficulté supplémentaire pour tout le monde ; il fallait être efficace (des délais étaient à respecter), mais aussi savoir prendre son temps pour produire de belles choses, cohérentes. Il me semble que nous avons plutôt bien relevé le défi grâce à l’aide de tous les adultes qui nous ont soutenus dans ce projet. Il faut dire que chacune de ces visites nous banalisait deux heures de cours d’affilées ; cela pouvait être long.
Pour parler de ce fameux chantier de rédaction de notre récit : cela a aussi été laborieux mais indéniablement moins que l’élaboration du scénario. Ma partie préférée a sans aucun doute été la rédaction des dialogues entre les trois personnages principaux de notre récit (trois adolescents de 16 ans : Loane, Tom et Gabin) car c’est à mon sens dans ces passages que nous, les adolescents, nous nous reflétons le plus : dans nos manières de nous exprimer… Durant cette période il nous a fallu faire preuve de vigilance afin de respecter au mieux notre scénario. Il m’importe de dire que nous avons fourni un important travail de réécriture qui pouvait s’avérer fastidieux. De plus il arrivait que nos professeurs ne nous préviennent pas de certaines modifications qu’ils apportaient à notre texte ; ainsi il nous arrivait de « redécouvrir » le texte lorsqu’on le lisait en début de séance.
C’est dans cette période que, pour ma part, j’ai ressenti le plus de frustration. En effet nous étions répartis en 3 groupes de 10 élèves et nous n’avons pas vraiment eu le choix de nos camarades de groupe et nous n’avons pas fait de changement durant cette phase du projet. Or, chaque groupe avait pour charge un type d’écriture bien précis (dialogues, mail, narration) avec un adulte référent (souvent le même d’une séance à l’autre pour nous guider : professeure documentaliste professeures de sciences, professeure d’histoire et de géographie). J’aurais bien aimé que soient organisés des roulements à ce niveau là.
Pour conclure cela a été pour moi une expérience d’écriture basée sur le respect de l’autre et de ses idées. Et encore une fois je suis très contente du résultat. J’ai trouvé le sujet de l’écologie parfaitement en accord avec notre actualité ; ce projet nous a donc également permis de réfléchir à notre propre situation sur ce sujet. Cela a été un très beau projet, très instructif.

Merci, merci à tous ceux permettant l’aboutissement de ce projet chaque année.

Shirel Locher 5e 7

Mon avis sur le livre
J'aime beaucoup le résultat du livre et toutes les péripéties qu'il contient. Je remercie nos professeurs de s.v.t et d’histoire qui nous ont renseigné sur la ville, le climat et les dégâts qu’il peut faire et que sans ce roman n'aurait pas pu être possible. Je regrette seulement le manque de temps qui nous a obligé à ne pas pouvoir écouter les idées de tous. Sinon je trouve cette idée de projet géniale.

Romane Loubens 5e 7

Mon avis sur le livre

Pour commencer, j’ai été ravie de découvrir, en ce début d’année, que mes camarades et moi allions réaliser ce projet, écrire une nouvelle. Le thème du livre me plaît beaucoup, d’autant plus que c’est un sujet d’actualité assez inquiétant. Nous avons choisi que des personnages soient encore scolarisés pour mieux nous imaginer à leur place.
Une bonne organisation a très vite été mise en place ; deux heures d’écriture, de récapitulatif et puis pendant ces deux heures, se sont formés trois groupes. Chacun des groupes travaillait sur des sujets différents. Dans mon groupe, parfois nous étions efficaces et parfois nous n’avancions pas beaucoup...Nous rédigions les mails de Loane destinés à ses parents. C’est assez intéressant de travailler en groupe car parfois un élève complétait l’idée d’un autre et ainsi de suite. Je regrette un peu de ne pas avoir participé à l’écriture du dernier chapitre...
Nous avons eu la chance de rencontrer un auteur, Santiago Mendieta. Travailler avec un auteur est très enrichissant, cependant, j’ai trouvé que l’auteur qui nous aidait, ne nous a pas beaucoup fait avancer. Il nous a bien conseillé, bien sûr, mais ses méthodes de travail ne nous correspondaient pas forcément.
C’était très intéressant de travailler sur ce projet dans plusieurs autres matières que le français. Par exemple en géographie nous avons travaillé sur le changement climatique, en art plastique nous avons fait des portraits des personnages et en SVT sur les différents types de tempêtes.
Le rendu de notre nouvelle est super ; l’histoire, l’insertion de mails dans le texte et l’intrigue sont vraiment bien.